.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

4 oct. 2010

Mystérieuse Peau

Drame
Mysterious Skin
de Scott Heim
.
Au Diable Vauvert
2005
.
407 pages
.
.
*****
.
.
Cela fait plusieurs articles légers qui passent, et je me dis que tu vas penser que je ne jure que par l'eau à la rose. Alors j'ai décidé : parlons pédophilie !
Glorieuse idée, je sais...
.
En vérité, j'ai été attirée par le livre quelques années après la frustration de ne pas avoir vu le film. Évident n'est-il pas ?!
Et je cherche depuis tout-à-l'heure la manière de présenter la chose. Les longues tournures ironiques et alambiquées ne seraient pas les bienvenues, aussi, ça va être rapide.
.
Il s'agit du récit douloureux de deux jeunes garçons ayant été un jour confrontés à un moustachu peu scrupuleux. 
Voici la quatrième de couverture :
"Récit bouleversant de deux quêtes douloureuses, de deux destins meurtris que rien ne semble pouvoir apaiser, Mysterious Skin explore, sans complaisance, sensationnalisme ni faux-semblants, la question de la pédophilie, la complexité de l'éveil sexuel et le passage à l'âge adulte. Tracé d'une plume sobre, empreint de poésie et de délicatesse, un magnifique portrait de l'enfance, dans la violence de relations troubles et traumatisantes."
.
Le premier, Neil McCormick, a plutôt bien vécu cette épreuve, si l'on peut dire... En tout cas, il glorifie sans cesse son bourreau, le hissant au rang de dieu amoureux. Le deuxième, Brian Lackey a choisi de ne pas se souvenir. Oubliées, ces heures passées entre les bras de l'entraineur. Jusqu'au jour où, trop hantés par ce qu'il a vécu, il choisit de partir en quête de son passé...
Si en effet, le texte est relativement sobre pour ce qu'il raconte, nous ne sommes pas épargnés par la violence quotidienne de ces jeunes.
.
Quand l'un a choisi de vivre son homosexualité dépravée au grand jour (nous sommes entre les années 80 et 90, autant dire que la liberté sexuelle n'était pas la même qu'aujourd'hui), l'autre se consacre corps et âme à la découverte des petits hommes verts. Si en apparence, le récit, porté par ces deux-là, ne peut être que désordonné, sans lien et surtout puérile et commun, une ombre vicieuse s'insinue toujours en fond... Un passé commun, des plaies qui ne semblent pas pouvoir cicatriser, autant de sensations noires et éprouvantes pointent le bout de leur nez... Jusqu'au moment où elles éclosent et frappent, sans arrêt, sans pitié, nous offrant des scènes difficilement supportables.
.
Pour sûr, ce roman apporte son lot de traumatismes, de violences et d'épreuves mais aussi de personnages touchants et attachants. Des personnages qui se cherchent, dont le futur à, semble-t-il, été déterminé l'été de leur huit ans. Nous avons deux témoins sous nos yeux : un qui a accepté, l'autre qui a fait un blocage. Deux parcours parsemés d'histoires  et de volontés différentes, mais une même souffrance qui explose dans un final si tendre et si éprouvant que je n'arrive pas à te résumer convenablement l'affaire...
.
Pourtant, d'une certaine manière, je le trouve magnifique, ce livre...
.

3 commentaires:

MoNKey oF HelL a dit…

trop glauque pour moi, j'ai essayé mais pas réussi à accrocher.

Elbereth a dit…

Ah ça, je peux pas dire le contraire. Ce doit être mon côté homme qui l'a lu celui-là, étant donné que mon côté féminin semble préférer les gros bouquets de fleurs... ;)
Quoique, je suis pas sûre que mon moi guerrier aurait apprécié ce qu'on trouve dans ce livre... :S

KATRYN a dit…

There were a number of times while reading this book that I set it down, thinking that it wasn't something that I wanted to finish. Some of the situations are fairly disturbing, and the two main characters are so anguished in their own way that I found it a complete downer. But the writing is so skilled and beautiful that I pressed on, and it paid off big time. The story has haunted me, something that only the best of books can do. I now recommend this book among my favorites.