.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

31 déc. 2011

Dernière Tournée Générale

Héhé !
Ce n'est pas parce que nous sommes moins assidue ici-bas qu'on en oublie les bonnes manières !

Aussi, toute l'équipe de cette merveilleuse Taverne, composée de Moa-même et de Moa-même te souhaite de
.
Joyeuses Fêtes !
.
.
Et une tournée générale ! Une !
.
La dernière de l'année 2011 !
On se retrouve l'année prochaine, Tendre Hôte !
.
.
.

C'est pas nous qui marchons pas droit
c'est le monde qui va de travers
Et on a beau aller devant soi
On s'retrouve souvent sur le derrière

A maudire le salaud, l'enflure
Un tartuffe qu'a du vendre son ame
Avant de vendre des chaussures
Des godasses en peau de banane
Un peu plus tard on se releve
En s'accrochant tant bien que mal
A une vieille branche qui nous souleve
Nous demande si on s'est pas fait mal
La on dit " Pierre henri, oh c'est toi ! "
Lui il dit: " Eh les gars jsuis avec vous"
On s'concentre sur le premier pas
Vieux maut etre sur quand on est soul

Refrain

Mais on resiste on se rebelle
On fait face a l'attraction terrestre
Nos bras s'accrochent au ciel
Et nos guiboles s'occupent du reste
Et hop! Bras dessus bras dessous
Tac-tac! on repart au combat
On n'avance pas vite mais on est debout
Et ca c'est des trucs qui pourraient...
Si vous voyez qu'est-ce que je veux dire
Ah ca rien que d'y penser
Ben nous ca nous fait réflechir

Refrain

Mine de rien on s'grille une blonde
On s'dit que l'amour c'est pas si grave
En on se re-refait le monde
Sans que le monde ne s'en apercoive
Alors on s'dit qu'on l'a bien eu
Et qu'c'est pas lui qui nous aura
Et hop! La fête continue
Et on est la pour fêter ca

Refrain

Dernière Querelle

Fantasy
.
La Première Loi - Tome 3 :
Dernière Querelle
de Joe Abercrombie
.
Pygmalion Fantasy
647 pages
.
Octobre 2011
.
.
*****
.
.
Nous y voilà ! Enfin la fin !
Souviens toa l'été dernier, Charmant et Appétissant Hôte, je te parlais avec enthousiasme d'une trilogie trop bien où il était question de barbares vraiment très barbares vivant dans un monde en grand changement où magie et coups bas politiques se mêlaient à des scènes de torture et à des combats d'escrime ! { ici }
.
Eh bien là, c'est la fin.
Puisque toutes les bonnes choses en ont une, nous l'avons touchée, et bien touchée, de l'iris et de l’œil, afin de nous abreuver encore et toujours de l'imaginaire grandiloquent et majestueux de ce cher Joe.
Non je n'en fais pas trop !!!
.
Donc ici, toujours plus de guerre et de duels sanglants, de doigts coupés et de gorges tranchées, de vilains et d'hommes de bien "retournés à la boue". Des promotions, des retournements de situations, enfin, toute la sauce pour te tenir en haleine jusqu'à la dernière page...
.
Jusqu'ici, la frontière entre le Bien et le Mal n'était déjà pas bien définie, sache Curieux Hôte que cela ne s'arrange pas avec les pages. Et puis, entre nous, qu'est-ce que cela peut faire, le Bien, le Mal, tout ceci n'est qu'une question de point de vue, comme dirait mon vampire préféré (quoique, j'aurais un truc à dire là-dessus aussi...)
.
Dans ce monde, tous ont un sale passé derrière eux, un vilain présent et des actes fort peu glorieux à porter à leur palmarès. Ce n'est pas évident de se construire dans un monde dopé par la méchanceté et la manipulation. Là-dessus, pour sûr, Joe n'est pas tendre avec ses personnages, quand il les fait emprunter ces chemins sinueux, tortueux et puants de la vie. Des fois, on se dit que la mort n'est pas si terrible quand on voit ce que les vivants doivent subir...
.
Et quand tu penses qu'on a fait tout ça pour se rendre compte que... Rhâââââ la manipulation est plus terrible encore que ce que l'on pensait !!! Et que la société est injuste ! Et à quel point le monde est cruel ! Et ce final si... si... si explosif ! Inhabituel et explosif ! A un point tel que je ne sais plus vers quel bois me tourner !
Rhôôôô. Ben moa je dis : ENCORE !!!

Erotisme Féminin

Roman "classique"
.
Le Potentiel érotique de ma femme
de David Foenkinos
.
Folio
179 pages
.
2011
.
.
*****
.
.
Petite incartade entre la bestialité et la bestialité (oh ! Je ne t'ai pas dit, Tendre Hôte, me voilà lancée dans True Blood, les textes ! Mais chuuutttt, cela viendra bien assez tôt... Pour les images aussi, d'ailleurs...), voici donc l'histoire d'une vie.
...
C'est dommage, parce que j'ai beaucoup plus à dire sur ces cons de vampires que sur le potentiel érotique de la femme d'Hector. Dommage disais-je parce que le style de David Foenkinos me plait toujours autant. Loin de moa l'idée de répéter ce qui a déjà été dit plus loin et plus avant (c'est selon), mais c'est juste que David pratique le zeugma avec tant de délicatesse (aaaaaaah j'ai pô pu m'en empêcher !) et de délectation que je ne puis qu'applaudir devant tant de grâce.
.
Il s'agit de l'histoire d'Hector donc, atteint de collectionnite chronique, c'est-à-dire qu'il ne vit que pour collectionner les trucs.
"Après avoir collectionné, entre autres, les piques apéritifs, les badges de campagne électorale, les peintures des bateaux à quai, les pieds de lapin, les cloches en savon, les bruits à cinq heures du matin, les dictons croates, les boules de rampes d'escalier, les premières pages de roman, les étiquettes de melon, les oeufs d'oiseaux, les moments avec toi, les cordes de pend, Hector est tombé amoureux et s'est marié.
[...]"
.
Effectivement, lorsqu'un jour, grand célibataire accompli, il tombe sur celle qui deviendra la femme de sa vie, il ne pourra s'empêcher de désirer collectionner sa femme...
.
C'est surprenant, c'est drôle, c'est tout plein de néologismes dignes des plus grands néologues, et de zeugmas disais-je, donc du coup, c'est très agréable. Une petite parenthèse accueillie avec plaisir, histoire de ne pas être trop focalisée sur des orgies diaboliquement enduites de foutre et de sang.
...
Quoi ?! Rôôôôh non, cela ne me ressemble pas, mais je t'ai préviendu, Ô Chaste Hôte, mon côté bestialement primaire est actuellement titillé. C'est pourquoi je lis le Potentiel Erotique de ma Femme. Rien à voir cependant ! Puisqu'il s'agit là d'une lecture bizarre mais meugnonne, stylistiquement stylisée et très... foenkinosesque !
Oui.

5 déc. 2011

Prétextat Tach

Littérature "classique"
.
Hygiène de l'assassin
de Amélie Nothomb
.
Points
.
181 pages
.
2001 pour mon édition
.
.
*****
.
.
Prétextat Tach est écrivain. Mieux : il est prix Nobel de littérature. Il est également imbu de sa personne, misanthrope, misogyne, violent, féroce et cynique. Bref, un homme qu'on rêve de rencontrer !
Cela dit, il ne lui reste plus que deux mois à vivre, tout atteint qu'il est d'un cancer des cartilages.
Lui qui n'a jamais apprécié la compagnie des autres accepte néanmoins de donner quelques interview à des journalistes triés sur le volet.
.
S'il éconduit rapidement les premiers venus, il va tomber sur une femme, journaliste, qui aura la force de lui tenir tête, une capacité étonnante de répondant. Et l'interview de tourner en sa défaveur et de révéler les secrets de sa vie, à son image : diaboliques et sanguinaires.
.
Alors oui, certes, il y a une certaine force épicée dans le dialogue qui compose ce récit. Et il y a quelques réflexions profondément dignes d'intérêt et de méditation comme ce passage où il est question de lecture et de lecteurs... :
"[...] Car la plupart des gens émergent de Proust ou de Simenon dans un état identique, sans avoir perdu une miette de ce qu'ils étaient et sans avoir acquis une miette supplémentaire. Ils ont lu, et c'est tout : dans le meilleur des cas, ils savent "ce dont il s'agit". Ne croyez pas que je brode. Combien de fois ai-je demandé, à des personnes intelligentes : "Ce livre vous a-t-il changé ?" Et on me regardait, les yeux ronds, l'air de dire : "Pourquoi voulez-vous qu'il me change ?"
- Permettez moi de m'étonner, monsieur Tach : vous venez de parler comme un défenseur des livres à messages, ce qui ne vous ressemble pas.
- Vous n'êtes pas très malin hein ? Alors vous vous imaginez que ce sont les livres "à message" qui peuvent changer un individu ? quand ce sont ceux qui les changent le moins. Non, les livres qui marquent et qui métamorphosent, ce sont les autres, les livres de désir, de plaisir, les livres de génie et surtout les livres de beauté. Tenez, prenons un grand livre de beauté : Voyage au bout de la nuit. Comment ne pas être un autre après l'avoir lu ? [...]"
.
Mais, il y a un mais !
A part ça, j'ai trouvé l'histoire répétitive. Quant au final, il n'est pas si éblouissant et époustouflant que ça !
Je crois bien qu'Amélie Nothomb, ce n'est pas pour moa !

Vies de Silmarils

Roman de fantasy
.
Le Silmarillion
de JRR Tolkien
.
Pocket
.
479 pages
.
2004
.
.
*****
.
.
Un monument.
Je n'ai pas vraiment eu pour habitude de faire une chronique sur le maitre de la Fantasy, incapable je crois de pouvoir relater les choses comme elles sont, aussi je pense être brève pour celle-ci.
.
Un monument.
Un monument nous fait face.
Lorsque l'on plonge dans les lignes du Silmarillion, nous sommes frappés par la qualité et la finesse de l'écriture, mais également du fond.
Car on y relate la création des Terres du Milieu, rien que ça. Si au début il n'y avait rien, Ilùvatar a décidé de créer la Musique. De là découlent les Premiers Jours... Et le Silmarillion.
 .
Un monument, certes, mais encore ?
C'est un récit épique moyenâgeux mêlant magie et dieux.
C'est la Chanson de Roland mettant en scène les intrigues de l'Olympe.
C'est la Chanson des Nibelungen et la Bible.
.
Le Silmarillion, c'est un colosse aux pieds de marbre, c'est la base de l'Œuvre...
Je n'ai rien à ajouter.

Intouchables

Intouchables, de Eric Toledano & Olivier Nakache
.
avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny...
.
2 novembre 2011
.
.
*****
.
.
Aaaaah enfin un film qui m'a réconciliée avec la Grande Toile ! Un film qui parle de handicap tout en nous faisant pleurer de rire ; qui mêle le quotidien difficile d'un tétraplégique et l'arrivée dans sa vie d'un grand black qui n'éprouve aucune pitié pour lui.
Philippe est riche. Très riche. Un détail gênant tout de même : il ne peut bouger que la tête. Accident de parapente. Ça pardonne pas. Driss lui, jeune de banlieue, a besoin de se présenter à des entretiens d'embauche pour toucher les allocs'. Et bien qu'il ne s'y connaisse en rien en ce qui concerne l'aide à domicile, Philippe va l'engager.
Son rayon de soleil.
.
Tel un ouragan, Driss va tout chambouler sur son passage. Déjà, il va réhabiliter la belle voiture qui ronronnait sous son linge ; ensuite, et c'est sans doute ce qui est le plus important et le plus touchant (techniquement, on s'en fout de la voiture, mais c'était pour la petite histoire), c'est qu'il va le regarder avec un œil neuf, il va le considérer non pas comme un handicapé dépendant, mais comme un être humain.
Tout simplement.
.
La cohabitation commence, et voilà qu'on associe bien vite Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne. [dixit Allocine]
.
Voilà, moa j'ai bien rit, pas encore remise du mythique, cruel et irrésistible "pas de bras, pas de chocolat".
.
C'est ça quand on confronte le naturel au guindé, la langue pendue à la langue de bois...
Un film à voir et à revoir, je ne pense pas qu'on s'en lassera un jour.
.
.
*****     
A noter la sortie d'un livre, Le second souffle
par Philippe Pozzo di Borgo, chez Bayard Jeunesse.