.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

26 juin 2011

Saga Potfleur

Saga Fantastique
.
Harry Potter
de J.K. Rowling
.
Gallimard Jeunesse
.
1997
.
.
*****
.
.
Après des années de lutte acharnée non pas comme censure obtue d'une saga littéraire et cinématographique bien connue, mais de lutte un peu bête parce que j'avais po envie de le lire parce que le coeur a ses raisons que la raison... Oh et puis, cela ne regarde que moa, la raison pour laquelle je fais quelque chose que toa tu n'as pas fait ou en l'occurence l'inverse ! Cesse de m'importuner, Ô Hôte Journaliste !
Donc, comme je disais, ou j'écrivais, plutôt, poussée par un quelconque désir étrange, je décidai d'aller à l'encontre total de tout ce qui modelait ma personne jusqu'alors... 
Un événement mondial te disais-je.
.
La saga Potfleur n'a plus de secret pour moa.
Y a-t-il quelqu'un dans cette assemblée qui n'aurait pas connaissance de ceci qui puisse m'empêcher de me perdre dans les détails ? Parce qu'après tant d'heures consacrées à ce petit con de sorcier, je dois dire que je me délecterais bien d'un peu de sueur organique... Euh, non, d'éléments particuliers qui ont frappé mon esprit divin.
.
Parce que tout de même, il faut avouer que Potter est un petit con digne de l'agacement provoqué par Frodon dans ce troisième et merveilleusement fabuleux, ultime épisode cinématographique de la plus grande Œuvre du Septième Art jamais portée à vos yeux d'être humains, mais je m'égare.
Il est jeune, pas plus doué qu'un autre, mais surtout d'une vantardise épouvantable et pourvu d'un sens des réalités relativement médiocre, ce qui le place dans la catégorie des personnes qui normalement ne survivent pas longtemps dans un monde en perpétuel changement, surtout quand c'est le plus Grand Mage Noir, le plus puissant que seul son nom fait frémir jusqu'à la dernière parcelle de poil hérissé sur ton corps flasque d'apprenti sorcier, qui menace d'asservir le monde.
Mais non.
Non, lui, il survit. Et ça, ce n'est pas grace à ses qualités exceptionnelles de grand Combattant du Surnaturel, mais parce qu'il y a toujours un mec plus puissant que lui a lui surveiller son derrière d'inconscient pitoyable. Là dessus, Rogue a toujours eu raison.
.
Et, parti de là, même si je n'ai rien d'autre à lui reprocher, je dois avouer que la fin, ce final que tant de jeunes gens et d'autres moins jeunes, ont attendu avec tant d'impatience qu'ils en frémissaient de plaisir à chaque ligne au connoté orgasmique, je le comprends,, j'ai presque vécu la même chose, en moins éprouvant, parce que tous les tomes étaient à ma portée, ce final m'a horriblement, terriblement, fatalement déçue !!!
Boyo Hund comme dirait l'autre tapette d'elfe !
.
Les six premiers livres gardant jalousement leurs secrets sur les tenants et les aboutissants les plus complexes qui ont poussés Dumbledore et Voldemore à agir de leur sorte, il ne restait plus que 500 pages pour tout nous révéler, pour nous amener délicatement vers une apothéose halleluyesque saluée par les chapeaux hauts de forme. Mais non. Au lieu de chercher ce nirvana, JK Rowling a préféré nous pondre une explication tirée par les cheveux, a préféré nous faire un spectacle final si tragiquement commun où le plus grand méchant de tous les temps quand même, c'est pas Joe le Clodo, n'a pas été capable de mesurer les conséquences de ses actes. Un brin décevant.
.
Mais ce qui m'a achevé, c'est que Harry soit toujours en vie ! J'avoue tout. Il aurait semblé si Beau, au sens premier du terme, qu'elle aille jusqu'au bout de sa trame (je trouve pas mon mot pour exprimer mon idée, ça arrive parfois, alors tu vas faire avec, Ô Fidèle), et illustre ce qui semblait si évident et réaliste jusqu'alors, à savoir que Voldemort en tuant Harry se tuait lui-même. Tout se tenait ! Ça aurait triste, ça oui, mais logique.  L'apothéose. Parce que, arrête moa si j'ai compris de travers, mais il semble que Voldemort ait réussi à ne toucher que son âme en Avadant Kadavrant ce jeune sot qui nous sert de héros, et pardonne moa, mais ceci est idiot.
.
Par conséquent, si j'avais quelque peu bien accroché à tous ces mystères qui semblaient s'épaissir au fur et à mesure qu'on vieillissait, ce final a heurté ma bienveillance. C'est dommage, parce que les premiers épisodes étaient pleins de promesses ! Un univers où le monde magique est mis à rude épreuve, où les forces du Bien s'opposent à celles du Mal, où tout n'est pas blanc ou noir, où le Héros n'est pas le plus héroïque, tu vas m'objecter, et ça, c'est un bon point.
.
Mais spo ma faute si je n'ai en tête que cette bataille finale si faible.
Et afin ne pas paraître si mesquinement méchante comme je pourrais le faire croire quand on lit ce qui précède, je ne parlerais pas de cet épilogue qui n'a pas arrangé les choses...
Beh voui parce que faut pas croire, jusqu'aux Reliques de la Mort (qui au passage, ne servent pas à grand chose, dans la présente histoire, si ?), l'univers me plaisait. C'est fou comme une petite chose peut tout faire basculer...