.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

22 mai 2012

Ombre Ténébreuse

Dark Shadows, de Tim Burton
.
avec Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Helena Bonham Carter, Eva Green...
.
9 mai 2012
.
.
*****
.
.
Johnny Depp. Vampire. Manchettes en dentelle. Le Grand Tim.
Ça, ce sont les mots qui me suffisent pour courir vers la grande Toile. Mais ça doit pas être le cas de tout le monde, malheureusement.
.
C'est donc l'histoire de Barnabas Collins, fils d'une famille qui, au XVIIIe siècle, construit une nouvelle ville portuaire en Amérique. Nouveaux riches, les voilà qui édifient un magnifique manoir ! Très important, le manoir, avec gros lustre à l'entrée et passages secrets ! Oui oui. Seulement voilà, il a eu la mauvaise idée ( Barnabas, pas le manoir, suis un peu !) de batifoler avec une sorcière, qui, non contente de parcourir le corps de rêve de ce charmant Johnny, veut son amour. Seulement, le cœur de Barnabas appartient à une jeune vierge prometteuse. Angelique Bouchard, la sorcière, n'apprécie guère et le transforme en vampire, avant de l'enfermer dans une boite. Deux siècles plus tard, le voilà déterré, et Barnabas n'as que deux choses en tête : se venger, et récupérer sa gloire d'antan.
Le truc, en 1972, c'est que les hippies gouvernent le monde. Et la confrontation entre le monde gothique et flamboyant de Mister Collins avec l'univers fleurit et rock & roll des années 70 est... intéressant ! Normalement, le premier est sacré, mais le Grand Tim sait ce qu'il fait, et ça rend pas trop mal au final.
.
On se retrouve avec une galerie de personnages plus loufoques les uns que les autres : outre le vampire à la verve délicate et aux manchettes en dentelle, il y a Michelle Pfeiffer en mère sophistiquée, certes, mais complètement dépassée par les événements ; le fils qui parle avec des fantômes ; le jardinier alcoolique et mal rasé qui doit à lui seul entretenir le domaine ;  l'adolescente fan d'Alice Cooper qui "se tripote et miaule" le soir ; Helena Bonham Carter en psy alcoolique ; et Eva Green en sorcière maléfique comme on n'en fait plus. Dommage, je l'aimais bien, mais la voilà qui est subitement passée au statut de "vieille grosse salope" [citation, un mojito pour l'alcoolique qui trouve d'où ça vient]. Ma Framboise en est encore plus amoureux, je savais que j'aurais pas du y aller avec lui, il n'est pas objectif.
.
Mis à part ceci, j'ai bien rit. Et même si l'univers baroque de Tim Burton n'est pas aussi fort que dans Sweeney Todd, il est là tout de même, et on est loin d'Alice, et ça, c'est une bonne chose.
Donc voilà, un film comme j'aime bien, alors c'est bien.
.
Et puis je serais curieuse de voir ce que donne la série originale tiens, même s'il parait que c'est très nul...

9 mai 2012

Histoire de Prénom

Rôôôh bah voilà, je m'absente une semaine, et je retrouve tout chamboulé ! 
a) Blogger qui est tout changé même que du coup, je m'y retrouve plus, il suffit que j'ai mes repères pour qu'ils nous changent tout, et ça va me prendre du temps même que c'est nul moa j'aime pas !
b) La Princesse qui nous parle du Temps ancien où nous étions jeunes et insouciants et qu'elle va nous faire déprimer ! Cela dit, j'ai hâte de savoir ce que tu vas raconter ! :-p
.
Parenthèse d'ouverture fermée.
Parlons cinéma. Encore.
.
Dans un tout autre registre des fantômes, on peut aller rigoler devant cette histoire de prénom, qui s'appelle tadaaaammm
.
.
*****
.
Le Prénom, de Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte
.
avec Patriiiiick Bruel, Valérie Benguigui, Charles Berling...
.
25 avril 2012
.
.
*****
.
.
 Ancienne pièce de théâtre adaptée sur la Grande Toile, c'est l'histoire de Vincent, jeune cadre dynamique, heu non, un mec imbu de lui-même plutôt qui va être papa. Il est invité chez sa sœur pour un repas de famille, où il retrouvera leur ami d'enfance et attendra sa femme, la future maman donc, encore et  toujours en retard... Lorsque les hôtes lui demandent s'il a déjà choisi un prénom pour son fils, tout part en cacahuète [mot que j'ai d'ailleurs jamais su écrire, va comprendre pourquoi, Tendre Hôte.] et cette dispute va donner lieu au surgissement de vieux démons et de vieilles histoires enfouies depuis des années.
.
Une dispute entrainant une autre dispute sur un sujet on ne peut plus différent sans transition, les voilà partis à mettre les problèmes et les aveux sur la table du salon !
.
Alors oui, ça hurle beaucoup, ça part en 3,2 secondes, mais au final, ce n'est pas déplaisant. Les répliques fusent, de ping-pong verbal, la confrontation vire à des réflexions philo-socio-ergonomique que je serais bien en peine de citer ici-bas.
.
Bref, un petit film sympa, avec lequel on passe un bon moment, mais pas la comédie de l'année non plus, faut pas exagérer.