.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

10 janv. 2011

Vers le Néant

Roman "classique", drame ? Je ne sais pas trop...
.
La Route
de Cormac MacCarthy
.
En Poche, Points
.
253 pages
.
.
*****
.
.
Je m'enflammai l'autre jour au sujet de la vie post-apocalyptique. Au sujet de la beauté du Néant, de la poésie du rien. Je m'enflammai l'autre jour pour ce film choquant, avide de dépouillement et de sombres paysages.
Maintenant, je connais le livre.
.
L'histoire reste la même : dans un monde dévasté, un homme et son fils tentent d'échapper à leur existence misérablement annihilée en allant vers le sud, vers la mer, vers l'immensité qui, autrefois, était bleue, promesse de vie, en se disant que peut-être là-bas, il y aura autre chose.
Qui sait ce qui a pu se passer pour apporter la mort sur la Terre ? Une chose cependant est certaine : là où les Cavaliers de l'Apocalypse sont passés, plus rien de pousse. Il ne reste que poussière et cendres, mort et désolation. Des arbres morts, des herbes sèches, des cadavres coulés dans le bitume fondu, tel est désormais le paysage commun dans lequel les rares survivants errent. Pour se nourrir, certains ont sombré dans le cannibalisme. D'autres, comme le héros de l'histoire, se refusent à sombrer dans une pareille déchéance humaine, se cachent et fuient leurs semblables, vivant dans la peur et la suspicion.
.
Le sujet est brutal.
Tandis que le style d'écriture peut dérouter. Des phrases épurées, courtes,  avec très peu de ponctuation, et beaucoup {trop?} de "et" ; comme pour nous faire ressentir les pensées profondes des héros. Comme pour nous faire comprendre que pour eux,  il n'est question de prévoir aucune action ; comme pour nous faire savoir que le lendemain n'existe pas. Seul le présent est. Et encore !
.
L'ambiance est sombre, trop sombre pour nous laisser de marbre. Si le père et son fils croisent parfois des gens sur la route, ils ne savent jamais de quel côté ils se trouvent : vont-ils les tuer pour les manger ou bien simplement les laisser passer ? La peur au ventre, ils se cachent, luttant contre le vent, le froid, la maladie et la famine grandissante, ne pouvant se satisfaire que d'antiques boites de conserve cachées dans des maisons datant d'un passé lointain et révolu. Un passé que le père se plait parfois à raconter à son petit. Mais a-t-il seulement un jour existé ? L'enfant, qui n'a jamais connu ce monde vert et ensoleillé, doute de la véracité de ces histoires qui "finissent toujours bien", puisque son monde à lui est à ce point cruel et sans pitié.
.
Et lorsque la confrontation entre ces deux être si différents éclate, on comprend qu'ils représentent l'un pour l'autre la dernière trace d'humanité qui les empêche de sombrer dans la folie et le désespoir, qui les raccroche à la volonté saugrenue de trouver un ailleurs vivant et utopique. 
.
Si j'ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, la faute à cette écriture hors du commun, une fois lancée, ce fut autre chose. Un roman que l'on peut lire d'une traite, je pense, parce que ce qui nous tient à l'écart en premier lieu se comprend davantage au fil des pages... Je ne saurais l'expliquer autrement. Pour nous offrir un monde si dévasté, une vision si pessimiste et terrible qu'on ne peut résolument pas en ressortir indemne...
Comme le film au final.
Ce qui reste, c'est davantage une impression que des scènes choc. Une impression de solitude si intense, de terreur si grande, de pessimisme mortuaire qui envahi tout.
.
Un grand livre, assurément.
.
.

9 janv. 2011

Tous mes Voeux

Roman grinçant... humour
.
Tous mes Voeux
de Anne Weber
.
Actes Sud 
142 pages
.
6 janvier 2010
.
.
*****
.
.
Commençons sans plus tarder par une couverture qui a attiré mon attention plus qu'autre chose. (Oui, glauque, certes, mais fort flashy!) Tu la vois, en vert pétant, et cette mariée qui semble légèrement amochée derrière le rideau !
.
Et puis, ce résumé qui nous raconte que c'est l'histoire d'une femme, croyant au grand Amuuur avec un grand "A", tu l'as vu, je l'ai bien fait ?!, et au Prince Charmant dont on ne sait toujours pas le nom, et à leur rencontre, et à leur vie on ne peut plus belle dans un château jusqu'à la fin de leur vie. Tu le connais, ce conte qu'on raconte aux pitites filles pour les faire entrer dans la vie quotidienne du bon pied ! Tu sais ce que j'en pense...
.
Mais la narratrice, elle, elle était naïve, et des idées de joie, de bonheur, d'étincelante brillance entourant le destrier de son Prince, elle en avait plein la tête.
.
"Déjà, à l'automne, elle a présenté le chevalier à ses parents, dans certains contes de fées, ça se fait. Le futur gendre est vu et approuvé, il provoque la satisfaction générale ; il a non seulement beaucoup de livres et, autour de ces livres, un château, mais aussi un tracteur et un poêle à bois, et il est si distingué et bien élevé qu'on aurait envie de sortir à cette occasion la porcelaine de Saxe qu'on ne possède pas."
.
... J'adore...
.
Jusqu'au moment où elle se rend compte, un peu brutalement, que le Prince Charmant, c'est des salades !
Et là, ton cerveau éduqué fait immédiatement le lien avec la photo en couverture verte fluo du livre ! Comme moa ! héhé.
Sauf qu'elle est mensongère.
C'est tout ce que je te dirais là-dessus.
.
Mais je vais te raconter des autres trucs, tu ne penses pas te débarrasser de moa aussi facilement !
.
En fait, dès la première page, on ne sait pas trop où on atterrit. La narratrice, écrivain, parle d'autobiographie. Est-ce Anne Weber qui parle ? Ou bien est-ce un personnage d'Anne Weber qui écrit un livre et qui nous livre son autobiographie ? (sans jeu de mot...) Ce n'est peut-être pas une question importante, mais moa ça me perturbe si je ne connais pas la réponse dès le début, va comprendre pourquoi... Et cette narratrice nous dit qu'elle a vécu une terrible histoire d'amour, vraiment terrible, si terrible qu'elle a pensé en faire un livre, mais qu'elle ne savait pas si elle la raconterait à la première personne ou bien si elle s'inventait une héroïne pour lui faire subir cette terrible rencontre. Nous voilà alors avec deux personnages à moitié réels, à moitié fictifs, qui se parlent et qui vivent tour à tour la même histoire, selon si c'est agréable ou non.
.
Relativement déstabilisant, mais au final, assez plaisant.
.
Et là commence tout le malheur de sa (leur ?) vie, tout le bonheur aussi... Sur un ton enjoué, elle nous raconte et nous fait mijoter, parce que nous, on veut savoir ce qui est arrivée à cette mariée derrière le rideau ! Et voilà qu'on se délecte de quelques expressions toutes natures qui ponctuent le récit, et qui effritent peu à peu l'image de Charmant.
.
Parce que ce que j'ai le plus apprécié, dans ce tout court récit d'une terrible histoire d'amour, conte carrément moderne mais raconté par un esprit résolument fuyant, c'est bien le vocabulaire fort recherché et les tournures de phrases carrément déconnectées du sujet lui-même.
Mieux, j'ai même relevé un super bô zeugma pour Emil, parce que je sais qu'il aime ça, les zeugmas :
.
"Il range son rêve dans un tiroir et le polichinelle dans un autre".
hihi
.
.
Une histoire pour les filles, c'est elle qui le dit ! ;) Mais les garçons peuvent s'y essayer aussi, on ne sait jamais, qu'ils apprennent deux trois trucs sur l'espèce féminine...
.

L'Imaginarium du Docteur Parnassus

Ô Hôte Cinéphile, tu ne pensais tout de même pas que j’allais te laisser commencer des lectures sans te causer des salles obscures !!! Oh oh oh ( géééant vert ) que nenni !
.
Non parce que disons le franchement, il y a des films que l’on se doit de voir. Et je ne parle pas (encore) du plus grand film de tous les Temps qui illumine sans cesse notre esprit.
.
Présentement, il s’agit de
 .
.
*****
.
.
L’Imaginarium du Docteur Parnassus,
de Terry Gilliam
.
avec Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law, Lily Cole...
.
11 novembre 2009
.
.
*****
.
.
D’abord, parce que c’est signé Terry Gilliam ; ensuite, parce que c’est la dernière prestation de Heath Ledger ; enfin, parce qu’il y a Johnny Depp en danseur de tango !
Si cela ne te suffit pas, Ô Fou que tu es, c’est que nous n’avons rien à nous dire…
Rôh mais nan, ne pars pas comme ça !
.
Il ne faut pas croire, l’Imaginarium est un très bon film, tout plein de magie et de fantastique et de rêve et de féérie et de costumes et de liberté de l’imagination et de bô mâles en costard et de beauté ! Ah si si.
.
Tout commence lorsqu’une troupe d’itinérant du pestacle, à bord d’une grosse et étrange roulotte avançant, avait quelque mal à trouver son public. Pourtant, que de costumes ! Que de beautés réunies en une si petite scène ! Mais ceci est mon avis. Jusqu’au jour, ou plutôt une nuit, ils tombèrent sur un pendu. Oui oui, pendu sous un pont qu‘il était, le monsieur ! Je te le donne en mille : c’est Heath ! Qui n’est pas aussi mort qu’on aurait pu croire. La petite troupe de comédiens le recueille, après l’avoir sauvé. S’en suit des tentatives d’approche du sieur Heath en costume blanc (rrrrrr) et de comprendre qui il est…
.
Mais ce qu’on ne sait pas au départ, c’est que le vieux monsieur, Parnassus sus nommé, chef de la bande et patron de la roulotte, est un malade du jeu, et n’a pas su faire autrement qu’un jour de parier avec le Diable lui-même. Tu te doutes, Ô Hôte Assidu, que marchander avec Méphistophélès demande quelques précautions… Et que tout ceci va entrainer certains problèmes.
.
Mais Parnassus, docteur de renom, possède un truc bien à lui : un miroir… Oui oui, le genre de miroir qui fait que quand tu passes à travers, tu te retrouves dans un univers… tiré de ton imagination ! Fabuleux n’est-il pas ?!
.
Je ne dis mot davantage que je n’en ai dit déjà trop ! ( oulà, tiens, essaies voir de dire cette phrase là à voix haute, tu me diras ce que ça donne ! Hihi )
.
L’Imaginarium du Docteur Parnassus, c’est le genre de film typique tout comme que j’aime ! Il nous fait voyager dans les méandres de la tête de Terry Gilliam, un univers à la fois féérique et inquiétant, magique et tarabiscoté.
C’est déjanté et onirique.
C’est baroque.
C'est Beau.
Envoutant.

1 janv. 2011

Tyrolienne Enchantée

Donc, après quelques déboires techniques, je disais que je désirais te souhaiter un joyeux Noël, ce qui peut te paraitre étriqué, étant donné que nous venons tout juste de balancer l'année 2010 par dessus nos têtes. Très peu t'importe, je ferais d'une pierre deux coups, et en profiterais pour te demander quelles sont tes résolutions à ne pas tenir à partir de ce premier jour de l'an nouveau.
.
Pour se faire, rien de tel qu'une petite musique d'ambiance, tout particulièrement dédiée à un être qui m'est cher... Mon fils !
Parce que voui, Ô Hôte Sensuel qui me pensait libre comme le vent et la mer, et les mouettes sauvages d'Irlande, tu ne le savais peut-être pas, mais j'ai un fils.
Je l'ai adopté alors qu'il n'était qu'un tout petit bébé.
.
Et comme tous ces millions de parents gaga, la tête du mien va également apparaitre à la vue de tous dans cet univers féroce et impitoyable qu'est le Monde Parallèle.
.

.
Hôte Fabuleux, je te présente Victor Emmanuel de la Fournette, ainsi que sa chanson fétiche, son hymne, son Ode à la Joie et à la Vie, son Symbole de Satiété, de Victoire, de Fierté et d'Honneur, la Tyrolienne sans Parole, de Bernard Marly !!!
Tadaaaaa
.
.
~ ~ ~
Joyeux Noël et Bonne année Nouvelle !!
~ ~ ~
.
{ Tu remarqueras sans problème l'effort de présentation de mes vœux, bien évidemment... C'est bô hein ?! Oui bah profite, je le ferais pô souvent... }
.
Et donc, quelles sont tes résolutions à ne pas tenir (ou à tenir, si tu tiens à être aussi formel, cela ne me dérange point...) à dater de ce premier jour de l'an ?
T'ention, d'ici 364 jours, je ramasse les copies et je mets des notes !
Non mais...
.
Allez, avant de reprendre mes critiques de fille cinéphile qui connait tout en cinéma et mes avis extra-pertinents de lectrice assidu et géniale, n'oublions pas l'essentiel :

.
Tournée Générale !!
.