.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

5 mars 2014

Traffic de Bleue

Breaking Bad

Créée par Vince Gilligan

avec Bryan Cranston, Aaron Paul, Anna Gunn...

5 saisons
 
2008


*****


Eh ben, voilà une série qui serait bien capable de me réconcilier avec elles... (rapport à Lost... tu sais... bref !) même si elle est horrible...
Enfin, je ne vais pas pouvoir en causer sans spoiler, parce que non seulement les spoiler sont maladifs chez moi, mais aussi parce que là, ne rien dire ne servirait à rien, parce que je ne pourrais exprimer mon ressenti, et à ce compte-là, autant ne rien dire du tout.

Attention Chef d’œuvre !

Tout commence le jour des 40 ans de Walter White, un prof de chimie éminemment intelligent un brin effacé, où il découvre avoir un cancer des poumons... A un stade très avancé... Fatal même. Sa famille n'est pas spécialement dans le besoin, mais ne roule pas sur l'or non plus : la preuve en est qu'il doit se ruiner la santé à faire un deuxième boulot pour payer les factures. Sa femme a arrêté de travailler, cause bébé en attente. Son ado est malade. Walter décide alors de récolter de l'argent, beaucoup d'argent, afin de mettre sa famille à l'abri quand il sera mort.
Voilà, le décor est planté, et n'a rien de réjouissant.

 Il renoue avec Jesse, un de ses anciens élèves, un cancre trop choupi mais un peu crétin qui deal de l'herbe à ses heures perdues : à eux deux, ils vont produire des méthamphétamines. C'est que ça se vend comme des petits pains ces petites choses ! Et Walt connait la chimie, il sait de quoi il cause.

Commence l'aventure la plus importante de leurs vies, car on ne se met pas sur le marché du cristal sans se heurter au cartel et aux mexicains à la gâchette facile. Ah oui, et je t'ai dis que son beau-frère était agent des Stup ? Histoire de corser la chose.

{ SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER}
 
Sauf que Walter, qui s'est toujours écrasé dans sa vie, pliant l'échine devant tout le monde, a décidé qu'il valait mieux que ça, et toute sa rancœur, ses frustations jusqu'alors enfouies au plus profond de son être vont ressortir de la manière la plus abjecte, la plus violente, la plus concentrée possible.
Walter est intelligent, c'est ce qui fait sa dangerosité. Il n'agit pas en fonçant tête baissée dès que quelque chose va se travers (comme le ferait Jesse, qui est jeune et insouciant), mais va y penser... et le régler.

Leur parcours est le symbole de leur évolution, toujours tiraillée entre le désir de sortir la tête de l'eau et celui de plonger davantage dans la noirceur qui ne demande qu'à s'échapper de leurs entrailles. Le pouvoir rend fou, c'est un fait établi. Mais Breaking Bad nous démontre cet adage dans un réalisme puissamment furieux, campant des personnages forts et scindés en deux, des quidams qui sont confrontés à la brutalité du monde. Et là, je ne parle pas que de l'univers de la drogue, mais aussi de leurs sentiments, de leur détresse et de tout ce qu'ils peuvent engendrer.
Je crois que ce serait un exemple parfait pour disserter pendant des heures au sujet de l’Être Humain, et de la société décadente dans laquelle nous vivons. Une société qui attend de nous certains devoirs, certains comportements, nous obligeant à emprisonner ce guerrier sanguinaire assoiffé de vengeance que fut notre viking d’ancêtre, et qui pourtant fait partie de nous.

C'était à la fois impertinent et ingénieux, enragé et terrible, effroyable et prestigieux.

Breaking Bad, ou la plus grande claque dans la gueule télévisuelle que j'ai jamais eue. La preuve, je n'ai jamais autant pleuré devant une saison ni autant craint les épisodes qui allaient suivre (même pour Game Of Thrones, ce ne fut pas aussi violent). Et pourtant, cette série fut ma drogue pendant un laps de temps important...
Magistral !

2 commentaires:

Luxie Wolf a dit…

Breaking Bad où le combat de la Lumière/Jesse vs les Ténèbres/Walt… très bel article en tout cas! moi ça m'a fait me poser des questions cette série en tout cas… Et si j'avais le génie de Walt, quels choix aurais-je fait? le pouvoir va-t-il de pair avec la folie?? Vous avez 2h. hihi ^ ^

Elbereth a dit…

Pour les capacités de Walt, j'en sais fichtrement rien.
Mais pour le pouvoir qui est de mèche avec la folie, c'est évident. Le cerveau humain ne peut pas digérer le pouvoir, pas dans la "normalité" saine en tout cas. Voilà, devoir fait en 2 minutes, chui trop forte !