.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

15 janv. 2013

Futur Proche

En cette période d'après-fêtes, point de bonnes résolutions, mais de la neige et du froid ! Allons donc visiter la Sibérie !
.
Roman d'anticipation
.
Au Nord du Monde
de Marcel Theroux
.
10/18
.
350 pages
.
2010
.
.
*****
.
.
Dans un avenir qu'on ne saurait dater, quelque part au Nord du Monde, Makepeace, shérif, fait ses rondes dans une ville fantôme. On ne sait pas vraiment ce qui a causé la déflagration apocalyptique (ah j'ai craqué ! J'ai déjà balancé Le mot !!!)  mais ce dont on est certains, c'est qu'il ne reste que des ruines, et des gens errant dans une nature hostile et belliqueuse. "Ici, dix mois par an, le climat mord la peau. Le silence règne, désormais. La ville est plus vide que le paradis."
.
Un quotidien incompréhensible, où la solitude côtoie la méfiance, voire la défiance du monde environnant. Et ça se comprend ! Les peu de gens que Makepeace croise, ce sont soit des bandits en quête de nourriture ou d'alcool, soit des esclavagistes dirigeant une horde de vas-nus pieds au bout d'une corde. Seules ses armes lui ont permit de rester tranquille jusque là.
.
Mais le jour où il est témoin d'un crash d'un avion, sa vision des choses est toute tourneboulée. Si des avions volent encore, c'est qu'il existe non seulement des gens capables de fabriquer, d'où la présence d'une certaine technologie, mais certainement des villes où loger ces gens, où créer ces choses. Sa décision est prise : trouver cette ville, trouver cette civilisation qui peut-être, ne vit pas dans l'unique but de détruire.
S'en suit un long périple, où le danger grandit à chacun de ses pas, où de nouvelles révélations tentent de reconstituer une histoire, la sienne, pour comprendre l'Histoire. Commence une descente aux Enfers où l'horreur de la réalité se mêle à la tragédie du passé.
.
Par-ci par-là sont distillés des éléments qui expliquent pourquoi on en est arrivé là : l'épuisement des ressources, le réchauffement climatique, la famine, les guerres, la tentative de "recolonisation" de la Terre, puis ce cycle infernal chronique de destruction, dont la bêtise humaine ne peut qu'accélérer le processus. L'auteur profite des souffrances de son héros pour nous prévenir que si on ne stoppe pas illico la société de consommation qui nous gouverne, on fonce droit dans le mur, ou plutôt dans le lac glacé qui nous menace.
.
La réalité future décrite ici est cruelle, tant au niveau d'une Nature qui a reprit ses droits que des hommes lorgnant la moindre miette de pouvoir et de richesses. L'air est glacial ; la civilisation n'a pas à se targuer d'une quelconque gloire ou d'un prémices d'honneur, on n'est est plus là ; un seul sentiment se détache : un pessimisme sans cesse grandissant.

Aucun commentaire: