.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

7 nov. 2011

Heures sombres

roman "classique"
. 
Les Heures Souterraines
de Delphine de Vigan
.
Le Livre de Poche
.
250 pages
.
2011
.
.
*****
.
.
C'est étrange de résumer ce livre. D'ailleurs, je ne sais comment commencer. D'habitude, je raconte ce qui m'a attirée, que ce soit au niveau de l'histoire ou du sex-appeal de l'auteur. Mais là, d'une, le sujet n'est pas franchement des plus hilarants, de deux, l'auteur est une femme.
Est-ce bien résumé ?
Bon.
.
Les Heures Souterraines est une intrusion. 
Une intrusion dans la vie de Mathilde et Thibault, deux individus qui ne se connaissent pas. Ils ont pourtant un point commun : ils sont tous les deux déboussolés et au bout du rouleau, se font brutalement balloter par quelques diableries parisiennes.
Des souffrances intérieures et personnelles qui sont dues à l'usure de la vie, à sa cruelle monotonie ou à sa violence quotidienne. L'héroïne, veuve depuis quelques années, bien qu'elle ne soit jamais remise de la mort de son époux, a toujours tenté de faire face jusqu'à ce que son boulot, qui jusqu'alors la faisait tenir, devienne pour elle un enfer...
Thibault quant à lui se rend soudain compte du vide affectif qui l'occupe et que son métier n'est peut-être pas la vocation tant espérée...
.
Les Heures Souterraines, ce sont des portraits brisés par une vie beaucoup trop féroce ; ce sont des personnages en détresse qui tentent vainement de se battre contre le courant.
.
Se rencontreront-ils, "comme dans ces histoires d'amour", où ils trouveront la force de s'épauler afin de vaincre l'adversité et le mal ? C'est du moins ce qu'on espère...
.
Pour sûr, ce n'est pas joyeux comme lecture, mais il pointe du doigt notre société dans ce qu'elle peut avoir de plus détestable, et parfois, il est bon de quitter notre utopie fantasmagorique...
Ou pas.
Parce que ce genre de détresse humaine et de déboires perso de l'individu manquent à mon goût de bizarrerie loufoque, ce que j'en dis...

2 commentaires:

PetitChap a dit…

Effectivement, tout ça fait penser à La délicatesse... mais je ne sais pas pourquoi, je fais un rejet de Delphine de Vigan. Pourtant, je n'ai jamais rien lu d'elle, elle ne m'a rien fait... Je ne me l'explique pas. Elle me stresse. Les images d'elle la montrent toujours triste, torturée. Ca me gonfle. Et puis j'ai appris qu'elle est la compagne de Busnel, dis donc. Je savais pas... (oui, je donne aussi dans le potin mondain !)

Et puis tout le monde a trop parlé de son dernier bouquin. Ca aussi, ça me gonfle. On a beaucoup moins parlé de ma "chouchoutte" Carole Martinez... pfff... D'ailleurs, si à un moment donné tu es en panne de lecture, jette-toi sur les deux bouquins de cette femme. Je suis sure que tu ne seras pas déçue (je l'espère !).

La bise

Elbereth a dit…

Ouiii, j'ai appris aussi sa relation !!! Cela dit, si je puis me permettre, rien à carrer.
Cependant, suite à cette lecture, je pense stopper là mes investigations de Vigantesques. Voilà.