.

Pièce Sombre :

.

Salle des Archives :

Les films...
Qu'ils nous permettent de nous évader, qu'ils nous fassent rêver, rire, pleurer ou qu'ils nous irritent au plus haut point, ils sont l'émotion à l'état pur...
Alors Moa, je veux en parler, partager et avoir ton avis, Ô Hôte Curieux !

Quant à la lecture, plaisir solitaire, je découvre peu à peu que chacun recherche quelque chose de différent en ouvrant un livre... Quoi ? Telle est la question...
Je ferai ici un compte-rendu absolument pas objectif des livres qui se sont soumis à ma pupille...

.

16 juil. 2010

Men in Blue

 .
AVATAR, de James Cameron
.
avec Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver...
.
16 décembre 2009
.
.
*****
.
.
Il parait que c’est le film le plus cher ; il parait que c’est un événement cinématographique ; alors moa, brebis écervelée, j’y suis allée.
Inquiète, quelque peu, de ce que j’allais voir, mais à un prix moindre parce qu’en ce moment, c’est opération spéciale 7è art, il faut bien s’y rendre, pour pouvoir critiquer.
.
Et AVATAR, eh bien… comment dire… n’est pas aussi sensas’ qu’on le dit.
Les belles images en synthétique ne font pas le scénario, Hélas !
.
Et quand James Cameron nous sert une histoire en vu et revu, évidemment, on en ressort quelque peu déçu…
.
Comment te dire sans révéler ce que tu ne puis que deviner au fil du visionnage…
AVATAR, c’est une histoire qui se passe en 2100 et des brouettes. Les hommes de la Terre, tes héritiers, convoitent le minerais de la planète Pandora, peuplée de géants bleus, répondant au nom étrange de Na’vi. Afin d’entrer en contact avec les autochtones, les humains ont crée des avatars donc, des répliques de Na’vi, avec un mélange d’ADN humain et extra-terrestre, contrôlés par un esprit humain. Tu vois comment ça marche, dans Matrix ? Néooooooooooooooo sous la pluie (avec ses 15 « o » réglementaires) contrôle son lui en soutane, branché dans une machine. Ben dans AVATAR, ça marche pareil.
Bref, le héros, handicapé de son état, se retrouve à contrôler un géant bleu qui lui n’a aucun problème de jambes… Note l’effet que ça va lui faire. Sa mission : recevoir la confiance des Na’vi afin de les obliger à quitter leur village, construit bizarrement sur la plus forte concentration de minerais qui vaut bonbon sur la Terre. Comme c’est beuzarre ! Mais c’était sans compter sur les croyances de ces guerriers azurés, basées sur une communion harmonique avec leur Mère la terre, grand-mère feuillage et arrière-grand-mère Nature. Mais les Hommes, militaires de carrière (… tout est dit…) ne pensent qu’à une chose : on va tout faire péter colonel !
Bien, la base est là.
.
S’en suit une série de clichés qui durera jusque la fin. Plus aucune surprise, plus aucun étonnement, pas vraiment non plus d’émerveillement. Pourtant, à ce niveau là, je suis plutôt bon public.
.
Mais la magie n’est pas. Ou si elle était là, elle fut surtout occultée par des scènes aussi plates que déjà mijotées dans des centaines de films. Tu veux des exemples ? En voilà : le héros, partant looser, va finir par obtenir l’amour de la fille du chef du clan, si ce n’est mieux ; ladite fille, guerrière renommée, va frôler 159 fois la mort mais va s’en tirer sans une égratignure, toujours sauvée in extremis par son cher et tendre qui tombe pile poil toujours au bon moment ; le futur roi du clan ne va pas faire long feu, je te laisse deviner pourquoi ; le duel à la fin… surprenante ! Haha ! au beau milieu des explosions entre le gentil et le méchant, et j’en passe… Même les hommes-machines rappellent du déjà-vu…
Tu vois, c’est dommage qu’avec autant de moyens, on en oublie la magie !
.
Pour arriver à une conclusion écolo même pas choquante comme quoi les hommes sont des bourrins qui pourrissent la planète pour une poignet de billets. Ça, on le savait, et pour un tel soit-disant « événement de la Toile », on se serait attendus à mieux. C’que j’en dis…
.
Ah non, il y a une chose qui ne passe pas inaperçu, toutefois : le virtuel, mon Cher, le virtuel sort vainqueur… Une fois de plus…
*soupir*

5 commentaires:

ArKoDemOn a dit…

les machines sont super bien faites, à part ça, rien...

BitChyGoLd a dit…

j'aurai bien voulue aimer, mais non.

Le Royaume d'Ashenah a dit…

les décors de la vieille version de la belle et la bête! les monuments en carton-pâte des vieux peplum! voilà qui faisait rêver! ici c'est juste désolant, et triste, qu'un réalisateur comme Cameron se contente de si peu.

Celui qui se faisait appeler Krissolo a dit…

Que de critiques négatives! Pour moi, mais ce n'est que mon avis, c'est juste de la grande SF. Alors, bien sur, c'est parfois un peu cucul la praline. Mais les bons sentiments n'altèrent en rien le choc reçu face à la création entière de la quasi totalité d'un univers. Quel film de SF a su nous proposer un monde si dense et si complet depuis la Guerre des étoiles, lequel? Aucun à mon sens. Personne n'a creusé aussi loin, explorant la biologie, l'anthropologie, la topographie, la sociologie, etc, etc, afin de proposer un univers complet et cohérent. Merci Monsieur Cameron.

Elbereth a dit…

>>> Sauf que là, c'est Pocahontas versus futurisme !
Rien de nouveau, rien de creusé non plus, rien d'intéressant, bref, tu m'as fâchée au sujet de Tolkien, ne t'attends pas à de la sympathie à ton égard aujourd'hui... :-p ;-)